La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

50 nuances de Grey,
Lettre ouverte aux médias

 

Chers médias, journalistes et chroniqueurs culture,

Il faut que l'on se parle, çà ne peut plus durer. J’vous jure, il y a de quoi se rebeller contre ce lavage de cerveau débilitant et cette hypocrisie latente. Depuis quand la littérature érotique vous intéresse-t-elle?

Je sais bien que comme pour les moutons, l’espèce humaine subit la montée des hormones sexuelles à la saison automnale quand les nuits rallongent, mais voilà maintenant quelques semaines, qu’émoustillés au possible, vous prêtez tous vos gorges brûlantes et vos gros titres racoleurs au phénomène érotique venu outre atlantique, Fifty Shades of Grey, dans vos pages culture. Oui, culture !

C’est tellement improbable que vous chroniquiez des livres érotiques que vous surfez sur un crescendo de ouhlala….d’exclamations d’ado et de jeux de mots excités : un best-seller de cul anglo-saxon arrive en France ! Via les éditions Lattès, maison ouverte et ambitieuse. On pourrait ajouter opportuniste. Une inflation de zéros dans le circuit économique du livre et de ses dérivés, ça fait un choc ! Un vertige plus sonore et trébuchant qu’érotique et littéraire.

Car, bien sûr, ce qui a retenu votre attention pour sacrifier autant de précieuses lignes dans vos colonnes pourtant avares en matière de genre érotique, ce ne sont pas les qualités d’écriture ni même licencieuses de ce pavé de 500 pages digne d’un Harlequin un peu salé, mais uniquement le nombre d’exemplaires vendus.
Alors puisque ces 50 millions vous impressionnent, ce n’est pas dans la rubrique culture que devrait figurer ce que révèle finalement ce succès commercial, mais dans la rubrique société.

Qu’affirme ce succès ? Ceci : les lectrices et les bourgeoises américaines sont avides de sexe, elles s’emmerdent dans leur quotidien ennuyeux avec leur petit mari, elles ne sont pas frigides après 50 ans comme on le croit, mais sans doute mal baisées et finalement bien soumises… aux convenances puritaines de midinettes rêvant d’un prince charmant aux manières de bucheron.

Voilà ce que l’on devrait plutôt lire dans vos pages sociétés. Les femmes veulent du sexe ! D’ailleurs les 40% d’augmentation du chiffre d’affaires des sex-shops après la parution du titre aux USA confortent ce constat.

Et c’est d’ailleurs ce qu’admettent certaines de vos consœurs, 50 Nuances de Grey est certes mal écrit et déplorable de conformisme, mais efficace et chauffe pas mal. Ça en excite quelques-unes et elles le disent dans leur papier.

Chacun ses fantasmes… et sa sexualité. Quand d'autres crient au scandale féministe de l’affaire et se lamentent d’avoir lutté des années contre la dépendance des femmes pour voir porter au pinacle leurs désirs enfouis d’obéissance, de fessées et de fouet. Pour les Françaises, peut-être la faute à la Comtesse de Ségur, allez savoir…

Alors pour retomber sur vos pattes après vos gros titres réprobateurs – mais gros titres quand même – et puisque vous avez enfin compris que le sexe, après être à l’origine de la vie, mène le monde, vous proposez ça et là à vos lecteurs des listes de livres érotiques dignes d’être lus pour prouver que vous ne seriez ni prudes ni moralisateurs, mais avant tout exigeants. Des titres certes bien choisis, mais…si classiques, tellement classiques. Allons ! Faites donc des escapades dans le chaud juste sorti des feux de l’Enfer et exercez vos métiers d’information et de critique du XXIe siècle plutôt que de snober les services de presse des auteurs de littérature érotique. Les lecteurs n’attendent que ça.

Vous ne manquerez pas de penser que ce n’est que la jalousie qui anime ma plume de romancière érotique à petit tirage (je donne en pâture jusqu’à de très mauvais jeux de mots). Vous vous trompez. Je sais que je me grille un peu auprès de vous, mais tant pis. Pour tout l’or du monde, il y a plein de choses que je ne voudrais pas faire et pour tout l’or de Fifty Shades of Grey, je ne consentirai à écrire un tel texte. Quoique… Mais selon moi, l’amour de la langue guide l’amour du sexe en écriture. Nom d’une pipe ! Ce que je souhaiterais pour tous les romanciers, nouvellistes et éditeurs érotiques actuels, c’est un peu plus de curiosité de votre part sur ce que nous publions, tout simplement parce que, vous le découvrez aujourd’hui avec 50 nuances, ces textes intéressent beaucoup de coquins et de coquines.

Les catalogues des éditions La Musardine, Tabou, Blanche, L’instant érotique de chez Hors Collection, Dominique Leroy… et d’autres collections érotiques de maisons généralistes vous offrent une multitude de voix et de genre.

Bien à vous.

 

Lettre publiée initialement sur le SalonLittéraire

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

© La Vénus Littéraire (2005-2012)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF