La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

Comme une sterne en plein vol

 

Ce fut le titre d’un de nos éditoriaux, après la découverte dans une gangue de latex du corps d’Edouard Stern. Ce banquier, parmi les plus ambitieux de la planète, avait été retrouvé avec trois balles dans le corps, tué de son propre aveu par sa maîtresse Cécile Brossard, après qu’elle l’ai entravé d’un harnais et de cette combinaison aux connotations si sexuelles, au terme d’une relation passionnelle et sado-masochiste suivie plusieurs années durant.

C’est devenu le titre d’un roman de Julien Hommage qui sera publié en avant première par épisode sur ce site, à mesure de son écriture, avant que d’être proposé pour l’édition classique.

Pour reprendre les mots qui concluaient l’éditorial, « celle qui a appuyé sur la gâchette ne mérite pas l’absolution selon la loi des hommes, mais le couple qu’ils ont formé devrait avoir droit, malgré le précipice final mais symbolique de leur passion, à un triple ban d’adieu dans le monde en négatif des passions érotiques. »

Ce roman leur offre cet hommage.

© à négocier auprès de La Vénus Littéraire, agent littéraire sans cachet, ou directement auprès de l’intéressé : julien.hommage@lavenuslitteraire.com


Lire en ligne les chapitres 1 à 12 :
(1) _ (2) _ (3 )_ (4) _ (5) _ (6) _ (7) _ (8) _ (9) _ (10) _ (11) _ (12)

 


Avertissement

Ce récit évoque des événements dramatiques et des personnages réels par le biais du roman. La capacité de polarisation de l’événement, la trace qu’il a laissé, se retrouve dans la passion que partagent les protagonistes du livre, en écho à une réalité mal connue. Ce roman n’apporte pas un éclairage judiciaire aux péripéties, il porte un regard sur la réalité humaine de deux êtres humains à la recherche d’une réalité, la leur ou celle de ceux qui les fascinent, traquant ce qui s’est passé entre Cécile et Edouard, l’interprétant au travers de leur cohérence propre d’humains de papier. Pas de journalisme donc, même pas d’investigation, c’est une réalité littéraire qu’ici on poursuit.

A Cécile Brossard et à Edouard Stern, nous ne ferons ici qu’affirmer notre respect pour la passion qui les a unis, avant de les désunir. Le reste regarde la justice des hommes.

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

© La Vénus Littéraire (2005-2009)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF