La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

L'Enfer de BibliObs
Un Enfer est tapi dans toutes les grandes bibliothèques, verrouillé derrière des portes grillagées, réservé à la lecture d'un public restreint pour sauvegarder la morale publique.
Pour le public de BiblObs, Tang Loaëc ouvre les porte de ce nouvel Enfer, à construire au fil des billets et des parutions éditoriales. On y trouvera des billets sur des livres splendidements érotiques, sur la sensualité de l'écriture, sur la part d'éros qui agite femmes et hommes au fil des pages.

Tang Loaëc, critique, auteur, fondateur de La Vénus Littéraire, évoquera sur ce blog l'actualité littéraire tous genres confondus, au travers le prisme de ses pages érotiques.
http://bibliobs.nouvelobs.com/blog/enfer-de-bibliobs

 

 

 

 

 

 

 

Des sites amis, des sites admirés, des sites intéressants ou utiles, lieux d’art ou de littérature, salles de spectacle ou rendez-vous immanquables, notre arbitraire ajoute parfois aux sites complices des coups de cœur.

L'un des plus anciens, des plus constants, des plus visités parmi les sites littéraires généralistes de la toile française. La richesse de ses archives, la densité de ses mises à jour, en font une ressource constante. Il met également en ligne des nouvelles courtes et des poèmes proposés par des internautes chevronnés, sélectionnés selon un rythme mensuel. Une voix indispensable du paysage littéraire sur le web francophone.
http://www.ecrits-vains.com/


E
-Torpedo pratique les frappes sélectives, fusées de mots en forme d’ogive, en réponse à quiconque croit aux guerres propres ou à l’équité de l’économie de marché. Sa défense contre la commercialité, dans le domaine littéraire, prend la forme du copyleft, droits offerts et hors commerce. Sur ce site, de la free littérature, partagée d’abord par Franca Maï, « la Femelle du pirate », romancière féroce à la tendresse cachée, et par d’autres, nous compris. Avec Di2, l’autre fondateur du E-Torpedo, ils revendiquent la culture non marchande et la gratuité du partage. C’est le paradoxe de l’artiste, de devoir manger tout en sachant que son idéal relève du don. C’est sa grandeur aussi… qui différencie la littérature et l’art de l’industrie du divertissement.
http://e-torpedo.net

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

© La Vénus Littéraire (2005-2008)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF