La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

Hercule et Omphale

Un dossier préparé par Julya

 

Dans l’imaginaire collectif, l’évocation du nom d’Hercule est synonyme de force et de puissance, au travers la réalisation de ses douze travaux. Mais connaissez vous Hercule dans le rôle de l’esclave dévoué, filant docilement de la laine aux pieds de sa souveraine maîtresse ?

Comme pour la légende de Zeus et Leda, la légende d’Hercule et d’Omphale a donné lieu à maintes interprétations et versions différentes.

La légende communément acceptée est la suivante :

"Lorsque Héraclès eut accompli ses travaux, il répudia sa femme Mégare qu'il donna à son neveu Iolaos, et il se mit à la recherche d'une nouvelle compagne. Ayant entendu dire que son ami Eurytos promettait la main de sa fille Iolé à celui qui l'emporterait sur lui et sur ses fils au tir à l'arc, il se rendit à la cour de celui-ci et n'eut aucune peine à gagner le concours.

Mais Eurytos refusa de donner Iolé à un homme qui avait tué ses enfants et qui était l'esclave d'Eurysthée. Lorsque, peu de temps après, on vola douze belles juments et douze mules dans les troupeaux d'Eurystos, Iphitos, son fils aîné, qui seul avait pris le parti d'Héraclès dans cette affaire, crut que le héros s'était rendu coupable du vol pour se venger de cette insulte. Profondément blessé d'un tel soupçon, Héraclès tua Iphitos alors qu'il était son hôte à Tirynthe.

Tourmenté par le remords, Héraclès s'en alla consulter la Pythie pour lui demander comment il pourrait se purifier de sa faute : "Pour te débarrasser du malheur qui t'afflige, tu dois te vendre comme esclave pendant une année entière et verser le prix qui te sera payé aux enfants d'Iphitos, lui dit la Pythie. Zeus est irrité que tu aies violé les lois de l'hospitalité, quelles qu'en soient les raisons et même si on t'a provoqué. - Et de qui donc dois-je être l'esclave, demanda Héraclès ? - La reine Omphale de Lydie t'achètera", répondit la Pythie.

C'est ainsi qu'Héraclès fut emmené en Asie par Hermès, le dieu du commerce, et vendu pour trois talents d'argent à Omphale.
Durant ces trois ans d'esclavage, Héraclès va non seulement se plier aux exigences militaires d'Omphale mais aussi à ses étranges fantasmes. En effet, la reine de Lydie l'oblige à se travestir en femme et lui apprend à filer la laine. Inversant les rôles, Omphale revêt la peau de lion du héros et s'arme de sa massue dans un ambigu jeu de rôle de dominant et dominé.

Des nouvelles parvinrent en Grèce annonçant qu'Héraclès avait quitté sa peau de lion et sa couronne de tremble et portait maintenant des colliers de pierreries, des bracelets d'or un turban de femme, un châle pourpre et une ceinture maeonienne. Il passait son temps, disait-on, entouré de jeunes filles lascives et débauchées filant et tissant la laine; et qu'il tremblait lorsque sa maîtresse le grondait parce qu'il s'y prenait mal. Elle le frappait de sa pantoufle d'or quand ses gros doigts malhabiles écrasaient le fuseau, et lui faisait raconter, pour la distraire, ses exploits passés; mais il n'en éprouvait apparemment aucune honte.
C'est pourquoi certains peintres montrent Héraclès habillé d'une robe jaune et se faisant coiffer et faire les mains par les femmes de chambre d'Omphale, tandis qu'elle, revêtue de sa peau de lion, tient sa massue et son arc.

Mais ce qui s'était passé en vérité était tout simplement ceci: un jour qu'Héraclès et Omphale visitaient les vignes de Tmolos, elle vêtue d'une robe rouge brodée d'or, les cheveux ondulés et parfumés, lui, portant également un parasol d'or au-dessus de sa tête, Pan les aperçut du haut d'une colline. Il tomba amoureux d'Omphale et dit adieu aux divinités de la montagne: " Désormais, c'est elle seule que j'aimerais", s'écria-t-il. Omphale et Héraclès arrivèrent à la grotte retirée où ils se proposaient de se rendre et où ils eurent la fantaisie de faire l'échange de leurs vêtements. Elle l'habilla d'une ceinture en filet transparente, ridiculement étroite pour lui, et lui passa sa robe rouge. Bien qu'elle ait déboutonné celle-ci le plus possible, il fit craquer les manches; quant aux cordons de ses sandales, ils étaient trop courts et n'arrivaient pas à croiser sur son pied.

Après avoir dîné, ils allèrent se coucher dans des lits séparés ayant décidé de faire le sacrifice de l'aube à Dionysos, qui requiert que les sacrifiants soient en état de pureté. A minuit, Pan se glissa dans la grotte, et en tâtonnant dans l'obscurité il atteignit ce qu'il prit pour le lit d'Omphale parce que la personne qui l'occupait avait des vêtements de soie. En tremblant, il releva les couvertures dans le bas du lit et se faufila à l'intérieur, mais Héraclès s'étant réveillé, releva sa jambe et le projeta au fond de la grotte Omphale, qui avait entendu un bruit de chute et un grand cri, se jeta hors de son lit et demanda des torches; quand les lumières arrivèrent, Héraclès et elle se mirent à rire aux larmes à la vue de Pan recroquevillé tout endolori dans un coin en train de se frotter le dos. Depuis lors, Pan voua une haine farouche à tout vêtement et demanda à ses adeptes de venir nus célébrer ses rites c'est lui qui, pour se venger, fit courir le bruit que cet échange bizarre de vêtements avec Omphale était un vice et qu'ils en étaient l'un et l'autre coutumiers..."

« Tandis qu'Omphale, couverte de la peau du lion de Némée, tenait la massue, Héraclès, habillé en femme, vêtu d'une robe de pourpre, travaillait à des ouvrages de laine, et souffrait qu'Omphale lui donnât quelquefois de petits soufflets avec sa pantoufle. » (Lucien, Comment il faut écrire l'histoire)

Cette légende, porteuse d’un symbole érotique puissant - l’échange de pouvoir - a inspiré bien des artistes, grands peintres ou écrivains.

 

Admirez dans notre galerie quelques-unes de ces toiles et lisez « La reine Omphale »,
magnifique poème de Théodore de Banville.

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

© La Vénus Littéraire (2005-2008)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF