La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

La bombe et moi
de Anna Rozen

 

Anna Rozen râle. C’est cocasse, c’est sérieux, m’a dit son éditeur, Le Dilettante, mais le sérieux y est un récif caché par la mer et qui jamais n’émerge, comme une faute de goût que l’auteur s’interdirait.

La gouaille râleuse, par contre, rempli allègrement les pages de ce petit livre des récriminations de la narratrice contre Bombe, ce double d’elle. Elle la décrit comme sa co-locatrice mais personne n’est dupe, ce n’est pas son appartement mais son corps qu’en réalité cet alter ego envahit. La narratrice en est réduite à ne vivre que dans son cerveau, un peu aigrie du succès de cet autre elle-même, qui use et abuse de toutes les facilités que des formes mises en valeur et un enthousiasme sexuel réjouit offrent.

Les chapitres énumèrent le chemin de croix de l’écriveuse, propulsée de soirée en soirée en témoin passif et désapprobateur des frasques de Bombe, la bien nommée, qui couche avec tout ce qui bouge au nom de l’expérimentation ou de la politesse, et ne comprend pas les réticences de son hôte.

Entre elles deux, la crise couve, la crise enfle, la crise éclate.

Il faudra que Bombe disparaisse pour que son absence dévoile plus de détresse à la narratrice que sa présence ne causait d’irritation.

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

© La Vénus Littéraire (2005-2009)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF