La femme papillon
un poème de Jacques Cauda

 

Mon amour, sais-tu (quelle est) mon exaltation
Lorsque tu portes la blanche feuille
De ton corps
Aux lèvres du désir
À lui seul livré ?

Et quand ta nudité (le tourment
de tes seins et leur ramure légère)
Vole vers moi en papillon des yeux ?

Sais-tu quand tu ouvres la page blanche
De ton ventre sur tes cuisses
Quelles lèvres de mon désir
S’appliquent alors en toi ?

Et quand tes nudités (toutes :
du tourment de ton sexe à sa chaleur de vair)
Se collent à la lumière en papillon de nuit ?

Et quand sommes-nous nous-mêmes
Abouchés
À nous-mêmes
En un même et Un seul ?