La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

La saveur de la pastèque
un film de Tsai Ming Liang

par Tang Loaëc

Lisse à l’extérieur et mouillée au-dedans, est-ce la description de la pastèque que nous livrerait Tsai Ming Liang. Le raccourci est trop bref, le metteur en scène tient l'écran pendant prés de deux heures, du registre de la farce à celui de l'érotisme, jouant de clichés pornographiques dans la moiteur d'un immeuble de la capitale Taïwanaise.

Tous transpirent, trichent et volent, en toute innocence, pour une demi-bouteille d'eau ou un verre de jus de pastèque.

Dans un même bâtiment, une équipe de tournage filme la baise sans finesse, mais non sans pépin, d'une japonaise gémissant sous les glissements de l'acteur porno...

A un autre étage, ce même acteur devient timide, courtisé par une jeune fille qui l'abreuve de pastèque, ou s'en gave, pour économiser l'eau que le robinet ne délivre plus, qu'elle va voler dans les réservoirs des toilettes, que lui va trouver dans les réservoir perchés sur les toits des bâtiments.

Chaleur, moiteur, privation et transpiration, gestes inachevés ou outrés, la cocasserie à chaque instant vient percuter l'érotisme, la comédie musicale tourne à la dérision les tabous sexuels, le mélange est unique. Nous en sommes sortis incertains, l'originalité du style ne faisant pas de doute mais le résultat nous laissant incapable de vous dire si l'exercice était réussi. Il mérite d'être vu. Comme dans beaucoup de domaines, l'innovation aujourd'hui vient d'Asie. Révolution féconde ou pas ? Nous restons dans l'expectative, mais nous ne pouvions ni faire l'économie de ce film, ni nous dispenser de vous le présenter.

Erotique, dérangeant, innovant, il le mérite.

Sorti sur écran noir le 30 novembre 2005

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

 

© La Vénus Littéraire (2005-2008)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF