La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

Le carnet de Rrose
d'Alina Reyes

 

Le Carnet a soixante neuf pétales, la Rrose en a autant qu’une vie a de nuits, elle pulse au rythme joli de l’assoupissement et du réveil de l’envie, gourmande de chaque tige, chaque langue, chaque doigt que lui offre Alina. Désirs, comme un kaléidoscope aux couleurs toutes chaudes, la mosaïque de miroirs disjoints de ces Carnets suaves se fond en un tableau hypnotique, doux comme des lèvres amoureuses posées sur celles de Rrose, qui n’est pas une femme mais, en majesté, sexe de femme. Et Rrose de dire ses amours, ses amants, ses envies avec poésie et douceur… dévorante.

On entre dans ce livre comme on pénétrerait, émerveillé, héros glorieux et intimidé, dans le palais de sa divinité pour y être voluptueusement épousé par les parois de chair tiède. La petite mort y promet d’être immense, l’agonie une extase, le lendemain… selon la volonté de la Déesse, vie sur un nuage ou exil du Paradis.

Alina compte les plaisirs de son sexe, une beauté à chaque pétale, les compte sur ses doigts qui s’introduisent, puis elle lie d’une tige les boisseaux de nuits heureuses, un homme – une floraison. Elle s’émeut du passage de l’amour et du désir, comme vivent les roses, mais aux feuilles qui se fripent succède le velouté de pétales nouveaux. Les sources de sa joie s’effacent mais le désir est éternel.

Allez cueillir cette Rrose dont les pages caressent, jouissent et jaillissent sans jamais s’épuiser.

 

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

 

© La Vénus Littéraire (2005-2008)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF