La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

Sur le mont de Vénus
un poème d'Orchydia

 

Sur le mont de Vénus,
se laisser charmer par une voix.
Elle me susurre, elle organise mes sens,
elle souffle. « Viens, je suis là. Retourne-toi ».

Sur le mont de Vénus, je me retourne
et je ne vois que le vide.
Une forêt touffue, deux jambes écartées et le gouffre,
cet appel splendide, ce cri voluptueux,
cet avide horizon au cœur de son sexe.
« Jean, je t’attends, viens en moi ».

Sur le mont de Vénus, je me laisse charmer par sa voix.
Je n’existe plus que par le bout de mes doigts.
Ils se posent, ils hésitent, ils caressent, ils tremblent.
Il y a cette chaleur, il y a cette douceur, il y a de la moiteur aussi
et ses mouvements,
sa rondeur, sa candeur et son regard pénétrant.

Sur le mont de Vénus, le silence s’est imposé,
impétueux, fougueux
comme la lame de mon désir, que je brandis sans retenue,
gaillardement dressé à l’appel de l’Amour.

Ce cœur palpitant, rouge passionnément
et suave comme l’odeur de sa peau.
Je lèche, je savoure,
j’hume le goût des fraises et la blancheur du lys,
comme à l’aube de mon premier baiser,
je m’enivre de nos vibrations à l’unisson,
cette chevauchée sauvage d’une nuit sans lune.

Est-elle tigresse, louve ou boa ?
La femme que je tiens entre mes jambes, se débat
et me griffe, me mord et m’embrasse.
Je vais en elle, comme roule la vague dans la mer.
Elle me porte, elle m’emporte, je déborde et me brise
comme l’écume d’une éternelle marée.

Sur le mont de Vénus, j’ai entendu sa voix,
j’ai déposé mon cœur à l’orée d’un bois
et je lui ai dit : « je t’aime ».

 

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

 

© La Vénus Littéraire (2005-2008)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF