La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

Notes de lecture
Juin 2006

Mes hiérodules - Les Sorcières du Val d'Amour

Comme tout livre de poche, Mes Hiérodules a déjà une histoire éditoriale, mais ce livre là a de plus une histoire tout court, résurgence grotesque d’une censure pudibonde, au nom d’une moralité de notable ranci. C’est que le sujet n’est pas anodin.

L’auteur raconte rien moins, sous forme de vague confession à un directeur de conscience sans doute guère plus pénitent non plus, sa vie de dominatrice saphique, servie par deux esclavonnes, qu’elle consomme ou pas, mais utilise à ses besoins ménagers. L’une était infirmière pédiatrique, le conseil de l’ordre a voulu supposer qu’une œuvre littéraire écrite par un tiers pouvait servir de motif à sa suspension. Il ne fait pas bon être soumise, à l’ombre des corps constitués et des avantages acquis.

Le corps du délit se trouve dans Mes Hiérodules, la chronique des esprits étroits de ce Clochemerle dans Les Sorcières du Val d’Amour. Au moins au titre de la défense des libertés, littéraires et de mœurs, ces livres là méritaient un sourire.

   

 

Le pensionnat

Le Pensionnat, dans la lignée des romans érotiques d’émancipation enfantine, fait le récit des découvertes et des émois sexuels d’une jeune fille, de la jeune enfance aux riches heures de la pension.

Un catalogue des bizarreries sexuées adolescentes y est déployé, allant de l’éjaculation si précoce qu’elle en relève du merveilleux, au saphisme et aux confusions sm. Dans le regard de la jeune narratrice, pas de timidité, pas de gène, la psychologie s’y développe d’ailleurs dans la seule mesure nécessaire pour faire quelques liaisons.

Le livre plairait à qui a envie d’une mignardise en guise de mise en train, pour ainsi dire « sans prise de tête », c’est qu’il s’agit de se saisir de tout autre chose.

 

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

 

© La Vénus Littéraire (2005-2008)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF