La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

O vide
un poème d'Esthel Leo-Fessec

 

"Stop, encore et Non!","Si!" Je plaide en la faveur
de cette plaie. Q de nom et O de forme.
"Maître géomètre! Contemplez la rigueur :
une symétrie enfouie, liberté desservie!"

J'accuse l'innocence du non sens des sans sens
souillant de propreté les lois de la nature.
A toute chasteté, j'ordonne l'éclaboussure
des temples desséchés,guettant l'aqueuse semence

Mais point d'affreuse sentence pour Soeur Marie Muqueuse,
Juste l'obligeance d'user de ses droits. Pieuse!
Laissez jaillir la force de la justice pénale,
un dieu qui, comme le votre tente d'épargner le mal!

 

*

Hymen mélodie
un poème d'Esthel Leo-Fessec

 

Caresse-soupir-du sexe de la Musique
Des corps crispés sur corde, serruriers symphoniques
pénètrent de par leur clé, l’hymen de Mélodie.

Les musiciens obscènes d'une orchestrale orgie
de Blanches et de Noires,pointées au pied lié,
souillent, papier ligné, toute ta virginité!

Le sexe fécondant la jouissance tympanique
fait là toute l'étrangeté de tes coïts, Musique.

Avorteuse du silence en Crescendo Forte
Contracte! Mezzo Forte-le génie accouché !

 

*

A ma chère Amie
un poème d'Esthel Leo-Fessec

 

Quant à travers tes veines, tu laisseras s’écouler les heures d’éthanol,
Par l’inceste enlacé, à son frère œstradiol.
J’empalerai dans ta fleur, une tige de chair,
Qui, phalange dernière, viendra te rendre mer.

Et pour apprivoiser tes reliefs écartés,
De ma rosée buccale, dans un rythme espacé
Mais devenant pressé, j’irai les humecter ;

Là, tu briseras, morte au souffle, de tes rauques râles
La mélodie perverse des gestes symptômes du mâle
Hôtes de ton ivresse – mère de l’Amnésie –
Nous jouirons de ta perte, diablesse, ma chère amie !

 

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

 

© La Vénus Littéraire (2005-2008)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF