La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

Bois et chairs en Chine de l'ouest
Musée de la sexualité en Chine

par Julien Hommage

 

Tout le monde l’évoquait, personne n’avouait l’avoir visité, « sexe », cachez ce mot que je ne saurait voir. Il est probable d’ailleurs qu’il n’y ait eu là pas même un mensonge, entre fascination et gène, chacun fait un long détour, ne s’autorise pas ses curiosités. Nous y sommes allés à trois, deux femmes splendides et un homme, trois serpents selon nos signes chinois, attirés par l’interdit et le plaisir de flirter avec une ligne défendue.

Ce Musée de la Sexualité déplacé de Shanghai à Tongli, minuscule ville à l’échelle du gigantisme chinois, est pourtant le plus beau que nous ayons vu, le plus fastueusement installé, dans les cours herbagées et les bâtiments ombragés d’une ancienne école pour femmes. Dès l’entrée, spectaculaire, la statue d’un homme enchaîné dont dépassait un vit pointant comme un canon de fonte, avec la mention, « la chose chez l’homme dont il est le moins possible de réprimer la liberté ».

Voire ! Lui refuser la liberté, nos société ne font que cela, comme s’il s’agissait d’une boite de Pandore dont tous les dangers pouvaient surgir, alors qu’il s’agit de l’essence même de la survie de l’espèce. Pourtant, la pulsion reste là, libre ou contenue par des interdits, mais même les contraintes ne sont jamais que prétextes à des thèmes plus complexes.

Le plus beau Musée du Sexe que nous ayons visité par son cadre, le plus agréable par ses collections, réunies sans parti pris de choquer mais délicatement assemblées par un conservateur érudit et passionné, invité par la municipalité à venir déployer ses collections dans ce lieu d’élection.

Les œuvres réunies appartiennent à tous les registres des techniques artistiques et du goût, olisbos enchâssé dans un oreiller de cuir et de bois, ayant appartenu à une nonne du 13ème siècle, porcelaines délicatement décorées d’amours féminines, ceintures de chasteté aux métaux finement gravés, sculptures de pierre, au long des allées, représentant des amours usuelles ou l’accouplement d’une femme et d’un loup. Ailleurs la croix gammée inversée, bouddhiste, est accompagnée d’un panneau qui souligne que cette forme tire sa source d’une symbolique évoquant une femme avec quatre maris. J’en apprends chaque jour.

Privilégié dans ce Musée où peu d’hommes osent venir accompagnés, je savoure la compagnie de deux beautés dont les corps sensuels sèment chez les visiteurs autochtones un trouble discret. Je leur proposerais bien, au milieu des herbes, de créer à elles deux et pour le bonheur de mon appareil numérique, un happening prolongeant l’exposition d’une œuvre de plus, splendidement interdite, dans l’indifférence des oiseaux habitués au batifolage des statues. Mais ce sera pour une autre fois, à portes closes, aujourd’hui la logique de la visite nous porte bientôt au Musée adjacent, dédié à la sculpture sur bois, présentant comme par clin d’œil complice cent lits anciens et fastueusement ouvragés, décorés comme autant de forêts ajourées. Nous les imaginons dédiés autrefois à des nuits aiguisées par le spectacle des œuvres érotiques que la Chine d’antan ne craignait pas de laisser fleurir.

Au fil de notre promenade poursuivie le long des canaux et des ruelles de Tongli, langoureusement pour dissiper la chaleur du pays, les deux belles que je guide agitent les éventails achetés au premier Musée. Selon l’angle de leur ouverture, les peintures chinoises laissent apparaître un potager de courges, ou des formes courbes dont l’opulence n’est plus végétale mais charnelle.

Il est doux, sans interdits, de visiter ce Musée en gracieuse compagnie. N’y venez pas en carabins, glousser d’un spectacle interdit, mais en sybarites ou mieux encore, accompagné de votre amoureuse (amoureux) ou de votre compagne (compagnon), pour vous autoriser des sourires complices et des promesses pour les aubes à venir.

 

China Sex Museum
Tongli Town - Wu Jiang City
Jiang Su Province 215217 China
Visitez le site officiel

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

 

© La Vénus Littéraire (2005-2008)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF