La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

Temps de passion
d'Anne Bert

 

En ces temps de grâce et de sainte passion,  j'ai le fervent désir de faire mon chemin de croix, cheminer jusqu'à vous en renonçant à tout orgueil.  Voyez mon cher amour, comme je livre mon corps tout entier à cette  humble et ardente cérémonie. En toute conscience, quatorze fois je ferai halte afin de méditer sur mon engagement dans la foi de nous. Soumettre ma chair à la douleur exquise de l'ivresse et de l'extase, tomber à genoux la croupe offerte et flagellée, donnée à Pierre ou  à Paul, sans m'offenser,  pour l'amour de vous, de nous.

Me relever et tomber encore. Ramper et vous baiser les pieds, une pluie dorée trempe mon visage, de mes  beaux cheveux j'essuie vos pieds, la lumière m'inonde. M'humilier face à vous pour purifier mon âme. Me relever encore. Je ne vous mens pas  mon amour,  je jubile de cheminer ainsi jusqu'à la croix et de souffrir une peine qui ne m'était pas due. L'infernale ascèse m 'ébranle, je coule, liquéfiée.

Condamnez-moi aux supplices éternels. Mes parfums sont pour vous et c'est vous qui recevrez mes soupirs au pied de la croix. Sur mon chemin, on me débraille et je reçois injures et crachats qui n'atteignent pas mon cœur.  Moi et vous, savons, seuls. Livrée aux hommes sous vos yeux aux aguets, mes coupes sont pleines et débordent, laiteuses et bourbeuses entre mes lèvres, mes plis et replis vultueux.  Si vous avez  soif, venez à moi vous désaltérer me dites-vous, tendu vers le ciel.  Je me relève et vous bois. Et lèche, et cautérise  vos blessures.  Et marche encore, extatique, vous en bouche.  

Ce sont vos mains aimées qui me lient les pieds et les poignets au X de la croix, de dos,  exposée aux regards concupiscents, mon œil noir béant, écarquillé  sur leur perverse contemplation ; vos mains encore qui cinglent ce qui  raidit votre membre et le leur et qui  vous obsède, ces rondeurs trop bien fendues que vous leur offrez en réceptacle.   S'écoulent alors entre  mes cuisses ma douleur et ma joie, mes  cris, mes complaintes et mes jouissances. Jusqu'à la damnation et l'épuisement. Jusqu'à la rédemption, quand vos bras m'enlacent et votre bouche baise ma bouche purifiée.  

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

© La Vénus Littéraire (2005-2012)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF