Bien que souvent présenté comme une réponse compatissante aux problèmes d’infertilité, le don anonyme de sperme peut présenter de nombreux problèmes graves. Les trois cas ci-dessous n’en mettent en évidence que quelques-uns:

Cas 1 : En octobre 2015, une avocate française de 35 ans conçue par insémination artificielle (hétérologue) avec un donneur de sperme a demandé à accéder à des informations sur son père biologique. En novembre 2015, l’État a décidé que son cas ne relevait pas des exceptions étroites à la règle de l’anonymat, qui sont faites lorsqu’un médecin demande les informations en cas de nécessité thérapeutique, ou pour s’assurer que lorsque les deux membres d’un couple sont nés d’un don de sperme (gamètes), ils ne sont pas les enfants du même donneur. En conséquence, le tribunal français a décidé que l’anonymat du donneur de sperme devait être maintenu.

Cas 2 : Un couple composé de deux femmes a choisi un donneur de sperme «qualifié», présenté comme un homme éloquent, mature, en bonne santé et intelligent, pour être le père de leur enfant. Près de sept ans après la naissance du bébé, peut-être par accident, ils ont reçu un courrier avec le nom du donneur. Après enquête, ils ont découvert que le donneur était schizophrène, avait quitté l’université avant d’obtenir son diplôme et venait d’être accusé de vol. De plus, sa photo avait été modifiée pour enlever une grosse taupe de son visage. Ce donneur est le père biologique d’au moins trois douzaines d’enfants.

Lorsque ces femmes ont enquêté, elles ont constaté qu’un tel contrôle laxiste est courant dans la plupart des banques de sperme aux États-Unis. Les exigences de la FDA pour l’évaluation des donneurs de sperme se limitent aux analyses visant à détecter les maladies infectieuses contagieuses telles que la syphilis et le VIH. La fréquence et le nombre de fois qu’un homme peut donner du sperme ne sont pas réglementés.

En mars 2015, le couple a intenté une action contre la banque de sperme fournisseur, Xytex.

Cas 3 : Un étudiant en médecine avec de bonnes qualités physiques et un QI élevé fait don de sperme. Malheureusement, il meurt plus tard dans un accident. Ses parents enquêtent et découvrent que le sperme de leur fils a été utilisé pour l’insémination et ils veulent rencontrer leur petit-enfant. Ils demandent que la femme inséminée soit identifiée.

Quelles sont les implications éthiques du don anonyme?

  1. Sans connaître l’identité du donneur et sans réglementer le nombre d’enfants issus du même donneur, il est possible que des demi-frères et sœurs finissent par se marier. Cela aurait des conséquences pour tous les enfants suivants, car ils partageraient des gènes, ce qui augmente la probabilité de maladies et de déformations autosomiques récessives génétiques. (La banque de sperme Xytex, du cas 2 ci-dessus, a limité les naissances d’un seul donneur à un maximum de 60 familles .)
  2. Dans le cas des personnes ayant besoin de greffes, il serait avantageux de savoir s’il existe des demi-frères et sœurs qui pourraient être compatibles.
  3. Il y a des conséquences négatives pour l’enfant. Du point de vue psychologique, il doit lutter pour «s’identifier» à son père, étant donné que le vrai père est quelqu’un d’inconnu, alors qu’il n’y a pas de lien biologique avec la personne qui joue le rôle de son père. De plus, nous devons tenir compte du conflit actuel entre ceux qui préconisent des règlements politiques pour garder le donneur de sperme anonyme et ceux qui défendent le droit de chaque citoyen de connaître ses parents biologiques.

Et les dons de sperme en général?

Les problèmes soulignés ci-dessus s’ajoutent à ceux qui découlent du don de sperme en général.

  1. La majorité de ceux qui font des dons et se prévalent des dons sont dans un état de fragilité émotionnelle. D’une certaine manière, leur situation peut être exploitée.
  2. Le don de sperme est une attaque contre l’acte conjugal et l’union des époux, puisque les gamètes du mari et de la femme ne sont pas unis, mais plutôt celui de la femme et de quelqu’un d’extérieur au mariage. La femme est inséminée avec le sperme de quelqu’un qui n’est pas son mari.
  3. Le don de sperme est également une attaque contre le concept de famille, à tel point que certains juristes discutent de l’opportunité de le qualifier d’adultère. Il est absolument certain qu’avec le don de sperme, nous avons la séparation personnelle des deux qui forment le mariage et de ceux qui provoquent la procréation. Une telle séparation place l’acceptation de l’enfant résultant en dehors de l’union des époux. Il soumet l’enfant à la condition d’un contrat passé par des parties et des intérêts divers.
  4. Les conséquences psychologiques pour les époux sont également notables, même si elles sont rarement évoquées. Il y a une séparation entre la sexualité et la reproduction, et à cela s’ajoute la dissociation entre la reproduction et la filiation: l’enfant produit ne provient que de l’une d’entre elles. Dans l’esprit de la femme, le donneur est souvent magnifié et imaginé comme supérieur à son mari (stérile). Les fantômes de l’adultère apparaissent également: la peur que le mari finisse par rejeter cet enfant qui n’est pas le sien; et les craintes ressenties par le mari qui pourrait se sentir inférieur à sa femme et inférieur au père biologique de son enfant.

En conclusion, les dons de sperme anonymes amplifient la liste déjà longue des problèmes soulevés par les dons de sperme de manière plus générale. Les techniques hétérologues (avec le don de gamètes) portent atteinte aux droits de l’enfant, lui refusant une relation filiale avec ses parents biologiques, entravant peut-être la maturation de son identité personnelle et peuvent également soulever une foule d’implications médicales et juridiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici